Bienvenue dans l’ère de la prohibition 2.0

Depuis le début de la crise sanitaire de la Covid-19, les professionnels du sports, du fitness et de notre communauté ont été souvent pointés du doigt.
A tort ou à raison, nos salles ont été considérées comme des hauts lieu de contamination.
Toujours freinés mais jamais empêchés, les owners de boxs ont su sans cesse se renouveler pour faire face à des mesures toujours plus restrictives.
Distanciation sociale, gestes barrières, protocoles sanitaires en tous genres. Certains ont su devenir des coachs 2.0. Prêt de matériel, programmation à distance et cours zoom font aujourd’hui partie de notre quotidien. Au final, ce sont de jeunes entrepreneurs, un corps de métier et une industrie toute entière qui sont mises en péril.
Néanmoins, en restant très au fait des règlements imposés par le ministère, les acteurs de notre communauté ont, pour la plupart, fait preuve d’intelligence. Coûte que coûte, ils ont trouvé des moyens de rester connectés avec leurs membres, quittes à affronter le froid pour des séances à un entraîneur pour cinq athlètes sur la voie publique, sans doute que le vaccin contre la grippe est plus accessible que celui à l’ARN messager.

Outre-Atlantique : Cedric Lapointe se voit interdire l’accès à son gym.

Le ton semble pourtant se durcir des deux côtés de l’Océan. En début de semaine au Québec, c’est l’athlète Cédric Lapointe, ancien participants du French Throwdown et athlète des Games en 2018 et 2020, qui s’est vu imposer de quitter le Gym dans lequel il officie comme Head Coach.
La cause invoquée: il n’est pas reconnu comme athlète professionnel. De même qu’en France nos meilleurs athlètes ne peuvent prétendre au statut d’athlète de haut niveau. Reste que, cette action qui a fait grand bruit sur la toile, ne fut simplement qu’un simple avertissement et un rappel des règles valables pour tout citoyen Québécois.

En France, une réglementation respectée qui n’empêche pas une fermeture administrative.

Aujourd’hui en France, l’absurdité semble atteindre un autre niveau, alors qu’une affiliée parisienne s’est vue frappée par une mesure de fermeture administrative.
Absurde, car formulée par un commissaire de police alors que le Coach encadrait un groupe sur la voie publique, en respectant a priori les règles parfois confuses du gouvernement.
Au delà d’être désagréable, cette décision risque également de fragiliser encore davantage une entreprise déjà impactée par la crise.

L’heure de la prise de conscience.

Polémiquer sur cette décision n’est pas le but de ce post. Mais derrière cette apparente injustice s’en cache une seconde. C’est un acteur qui faisait son possible pour rester dans les clous qui s’est fait taper sur les doigts.
Et aujourd’hui, il y a de quoi s’inquiéter, car ces décisions pourraient peut-être devenir systématiques.
C’est à notre communauté aussi de savoir se remettre en question. En étant parfois trop heureux de partager ses exploits sur les réseaux, de se filmer dans des salles clairement occupées par des athlètes aux ALD douteuses, on met indirectement en danger les boxes et les vies des autres membres de notre communauté. En jouant plus ou moins sciemment sur les mots d’une réglementation déjà nébuleuse, nous apparaissons comme une cible.
Nous ne sommes pas tous des athlètes professionnels dont la présence sur les réseaux conditionnent nos revenus. Les PR peuvent sans doute attendre (sauf celui du 10km de course mais c’est moins évident à poster). Si vous accès à une salle grand bien vous fasse, mais pour vivre heureux vivons cachés.
A chacun bien entendu de faire ce qu’il estime juste, mais la discrétion devrait être de mise pour notre bien à tous. Faute de quoi nous pourrions sombrer dans un scénario de science fiction. Une prohibition 2.0 où nos boxes remplaceraient les tripots et les bar clandestins.
Du coup à la rédaction on se demande bien qui serait notre Al Capone !

Source

Photo de profil de didgefpv

Outlaw

Paris, 2027. Suite à la troisième pandémie mondiale, peu de liberté subsiste. La pratique du CrossFit est devenue illégale. Un petit nombre d’activistes bravent les forces de l’ordre pour pratiquer leur passion et trouver des salles équipées.
.
« Outlaw » est un mini court-métrage dystopique, une sorte de Black Mirror en mode Support Your Box.
.
Un grand merci à Xav pour avoir eu confiance et pour son excellente interprétation.
Images et montage : didgefpv aka Didier Maillet
Acteur : @xavbbynature
.
N’hésitez pas à partager et à me contacter pour vos projets vidéos (compétition de Crossfit, présentation de votre box, vidéo d’athlète, etc.)
.
www.didgefpv.com
© didgefpv production – 2020
.
@crossfitbbn @crossfitfrance @ihatewallballs @wodnews
#crossfit #courtmétrage #dystopie #dystopia #blackmirror #wod #motivation #crossfitcommunity #supportyourbox #brutbynature

 

Partager cet article :

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.