Confinement 2.0: comment coacher une session ZOOM?

Aujourd’hui la rédaction de ALLOUT se propose d’amener, à tous les owners et coachs contraint d’exercer en 2.0, différents outils pour nous permettre de vivre cette nouvelle période de confinement.
Cet article est basé sur plusieurs retours d’expériences de coachs de salles affiliées, notamment à Bordeaux et Paris.

Comment bien réussir ses sessions ZOOM.

Les athlètes viennent à nous certes pour faire du sport et poursuivre leurs objectifs, MAIS il reviennent à nous pour leur sentiment d’appartenance à notre tribu, à notre communauté.
Les sessions virtuelles ne sont pas différentes des sessions réelles.
Les séances virtuelles ne sont pas des sous séances, elles sont notre dernier recours. Elles représentent  sans doute un des vecteurs qui assurera la survie des boxs et donc du lieu où les coachs, pourront exercer leur passion en direct, aussi bien en cours groupés que particuliers.

Devant le tableau blanc comme derriere notre écran, nous devons nous comporter en entraîneurs professionnels.

Ce professionnalisme démarre en amont de chaque séance:
-préparer un plan de cours avec WARM UP, WOD et AFTER PARTY.
-favoriser les exercices à poids du corps en faisant des recherches en lignes pour trouver un répertoire gestuel original mais pas absurde.
-partir toujours du principe que les athletes n’ont aucun équipement à disposition et pas plus de 2 m2 d’espace au sol.
-télécharger une playlist musicale (pour ne pas être tributaire d’un souci de réseau)
-recharger ses équipements (téléphone portable, ordinateur portable, enceintes, kit main libre).
-préparer l’espace d’où nous allons coacher
-anticiper où nous placer pour être vus en pied pour faire les démonstrations.
-anticiper où nous placer face caméra pour le coaching et les instructions.
-être prêt 10 minutes avant le début de chaque séance.

Le set up idéal.

Pour ce deuxième confinement voici nos recommandations en termes d’installation:
-utiliser un téléphone portable pour animer la séance, la 4G est plus fiable que le wifi et le téléphone est bien plus maniable que l’ordinateur.
-avoir un support pour le téléphone, en fixe (compter environ 20 euros sur AMAZON), ou un stabilisateur (comptez 80 euros).
-avoir des AirPods (ou assimilés) pour être toujours bien audibles de vos athletes (compter environ 35 euros sur AMAZON).
-être connecté à la séance avec votre ordinateur portable en wifi. Cela peut vous servir de poste de travail de secours en cas de problèmes de réseau ou de batteries. Aussi, la fonction galerie vous donne l’avantage de pouvoir voir 40 athletes en 1 coup d’oeil.
-sur ce meme ordinateur, coupez votre micro sur ZOOM  et lancez votre playlist pour créer une musique d’ambiance pour votre cours.
-ayez à disposition les outils nécessaires pour présenter les différentes options mais si vous bougez avec les athlètes n’utilisez en priorité que le petit matériel d’une box (dumbbell, bandes élastiques etc) pour inciter les athlètes à s’en procurer mais aussi lui rappeler que c’est à la box qu’il voudront se rendre à la fin de cette période délicate.

L’introduction du cours:

Option 1: vous avez paramètre votre réunion avec une salle d’attente:
-accepter l’athlete pour la réunion depuis la salle d’attente.
-le saluer par son prénom avec une note personnelle
-lui indiquer de quel équipement se munir et lui demander de couper son micro (vous activerez « muet tous » avant de démarrer par sécurité)

Option 2: vous n’avez pas paramètré de salle d’attente pour votre réunion:
-rejoignez la réunion sans le son ni la vidéo avant le début du cours et observer les athletes présents pour mémoriser leurs prénoms.
-1 minute avant le début du cours lancer VOTRE musique fétiche et rejoignez la réunion comme un véritable présentateur en saluant un maximum d’athlètes par leur prénom.

Dans tous les cas, notez immédiatement dans la conversation pour tous: le warm up et le wod du jour en guise de rappel aux adhérents (faire un copier coller depuis une note préalablement écrite pour gagner du temps).

Demandez aux adhérents si ils ont pu regarder la vidéo brief établie par le coach X-Y (que vous devez également avoir visionnée…) et demander si un éclaircissement sur le flow de la séance est nécessaire, demandez aussi à connaître les blessures.
MUTEZ TOUT LE MONDE A LA FIN DE CHAQUE ECHANGE.

DES LE DEPART INCITEZ LES ATHLETES A COMMUNIQUER PAR SIGNE (pouce en haut versus pouce en bas), c’est un grand gain de temps.

Le WARM UP:

Montrez un mouvement à la fois, et faites faire quelques reps de chaque mouvement du warm up aux athletes A LEUR RYTHME.
NE PARLEZ PAS EN BOUGEANT. Le but est de limiter les risques de voir la vidéo lagguer.
Ensuite, utiliser de manière prioritaire des warm ups où les athlètes bougent sur un exercice donné à un moment donné.
BOUGEZ AUTANT QUE POSSIBLE EN MEME TEMPS que les athlètes , même sans intensité mais pour leur servir de pense bête (certains athlètes comprennent plus lentement que d’autres, aussi certains athlètes non francophones ont besoin de voir plutôt que d’entendre).

A la fin du warm up, rappelez ce dont les athlètes auront besoin pour la phase suivante.

La PARTIE TECHNIQUE:

Démontrez ce que vous cherchez à voir appliquer. N’hésitez pas à parler en bas d’un squat par exemple en pointant sur vous ce que vous voulez voir.
Laissez les athletes faire quelques répétitions A LEUR RYTHME pour vérifier l’application de chaque point.
Avant de passer au mouvement suivant, VERIFIEZ QUE TOUT LE MONDE A BIEN SON OPTION.

Pendant le WOD:

L’idéal: vous avez un partenaire prêt à faire le wod, ou à alterner avec vous pour toujours avoir un athlète « référence » à l’écran pour stimuler les athlètes ou leur rappeler le flow du wod. (C’est aussi une bonne occasion de s’entraîner à screener des mouvements à l’écran, très utile pour le L3).

Probable: bougez par intermittence face à l’écran pour stimuler les athlètes, à la fin de chaque tour ou de chaque exercice placez vous à l’écran pour ânier encourager et surtout CORRIGER les athlètes en usant de verbal et du visuel. Il ne s’agit pas de faire le WOD, mais juste de bouger si nécessaire à petite intensité pour vivre quelque chose  AVEC LES ADHERENTS.

A éviter: rester statique face à son écran en étant assis, ce qui empêche tout transfert d’émotion.

Incitez les athlètes à s’encourager les uns les autres à la fin du WOD, usez des partner WODs pour faire des passages de relai par écran interposés.
Recueillez les impressions des athlètes à la fin du WOD en ouvrant leurs micros en attendant de passer à l’after party.

Pendant l’AFTER PARTY:

Enchaînez l’AFTER PARTY aussi vite que possible après le wod, en limitant au maximum les explications.
Mettez vous en position en même temps que les athlètes et GO!!
Ne sous-estimez pas leur état de fatigue.

La Conclusion de séance:

Finissez grâce à l’after party sur un « HIGH ».
Donnez un rendez vous pour la prochaine séance aux adhérents pour VOUS rejoindre en tant que COACH.
Incitez les athlètes à être les premiers ambassadeurs de ces séances pour amener de nouveaux athlètes à nous rejoindre.

De manière générale, soyez prévoyant sur la logistique pour passer un moment sur le signe du FUN avec les athlètes. A cause de cette interface, soyez une version enthousiasmée de vous-même pour faire passer votre énergie aux membres et la magie opèrera.

Partager cet article :

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.