STRONGFIT et la nutrition, morceaux choisis.

L’Atelier Fit et STRONGFIT une longue histoire.

Il y a quelques jours à peine les aficionados du podcast l’Atelier Fit, créé et animé par Jean Marie Peoch (CrossFit® Level II Trainer et Head Coach à CrossFit® Louvre III), ont pu assister à une conversation avec Julien Pineau, créateur de la méthode d’entraînement STRONGFIT, au sujet de la nutrition.

Les deux n’en sont pas à leur coup d’essai, puisque l’Atelier Fit a été à plusieurs reprises une plateforme permettant à l’illustre Julien Pineau de vulgariser de nombreux concepts de sa méthode avec celui qui fait partie de son groupe de mentoring.

Fidèle à lui-même, Julien Pineau est généreux dans ses explications et ses références au risque parfois de perdre l’auditeur, mais le MC du podcast est toujours là pour recentrer le débat.

Nous abordons dans cet article les points clés à retenir de cette conversation, mais vous pouvez retrouver l’intégralité du live ici. Forgez vous votre propre opinion, basée sur votre expérience, en restant loin des dogmes, la nutrition est un sujet épineux et nous avons tous un rapport particulier à l’alimentation.

La nutrition chez STRONGFIT en résumé.

Bien loin de prétendre cerner l’ensemble des positions de Julien Pineau concernant l’alimentation, la rédaction de ALLOUT vous propose ici quelques concepts à retenir, pour peut-être les appliquer ou bien simplement pour votre culture personnelle.

Julien Pineau préfère envisager la nutrition par anticipation plutôt que par réaction.

De manière générale, le créateur de la méthode StrongFit souligne à juste titre que dans la plupart des systèmes autour de la nutrition on se préoccupe davantage de la nutrition post que pré-entraînement. Cherchant ainsi à pallier à ce que le corps subit plutôt que d’anticiper sur ce dont il pourrait avoir besoin.

Une attention toute particulière portée sur la consommation de glucides.

Les glucides, source d’énergie pour l’organisme sont au centre des préoccupations dans cette conversation ouverte.
Julien Pineau préconise de ne consommer des glucides que lorsque le corps en a besoin, c’est à dire au moment de votre entraînement, pour être utilisés comme source de carburant.
Il parle ici des glucides avec un indice et une charge glycérique élevées, laissant de côté les légumes verts et autres crudités par exemple, qu’il continue de consommer le reste de la journée.

Une mise en garde contre les idées reçues.

Les glucides n’améliorent pas la récupération de l’athlète, ils lui permettent simplement de rétablir ses réserves en glycogène plus rapidement, ce qui n’équivaut pas forcément à la capacité à reproduire un effort d’intensité maximale. L’action de certaines hormones telles que l’adrénaline et la température des muscles semblent, d’après Julien Pineau, être des facteurs plus probants dans la récupération.

Consommer des aliments avec des édulcorants et autres sucres artificiels n’est pas anodin car votre corps, en fonction du goût, de la forme, de la couleur ou de l’odeur de ce que vous manger va anticiper la réponse hormonale de votre organisme. En d’autres termes, vous risquez de produire autant d’insuline en consommant un soda sucré (pas bien !!) ou light (pas bien non plus) et de perturber votre organisme.

Votre alimentation peut impacter la qualité de votre sommeil (et vice versa ndlr).

Le sommeil est également au centre de la conversation entre Julien et Jean Marie, et on le comprend. Le sommeil est réparateur pour l’organisme notamment grâce à une importante activité hormonale (en termes de sécrétion d’hormone de croissance par exemple).

Pour optimiser la qualité de votre sommeil, l’une de ses recommandations est simple, éviter de consommer des glucides autres que des légumes verts le soir et consommer le soir la majeure partie de vos protéines qui demandent plus d’énergie à l’organisme pour être digérées.

Une consommation de sucre trop importante vous aidera à trouver momentanément le sommeil mais risque aussi de perturber la qualité de votre sommeil en vous réveillant la nuit par exemple.

Méfiez vous des aliments auxquels vous êtes addicts.

Consommation de sucres pour vaincre l’anxiété, de café ou autre, faites le test de vous défaire de tous les aliments que vous consommez plus par addiction que par réelle nécessité. A l’heure où les aliments sont faciles d’accès, il est facile de faire des mauvais choix pour se récompenser, se détendre, patienter ou gérer son état émotionnel.

Une vision qui demeure alignée avec le discours des salles affiliées sur l’alimentation.

A chaque étape de son exposé le fondateur de la méthode StrongFit n’évoque que des aliments de bonnes qualités (viandes, légumes verts etc) même si il semble avoir un penchant pour le lait au chocolat et le café. Il n’est pas question ici de supplémentation alimentaire, mais plus de répartition d’aliments de bonne qualité au long de la journée en fonction de leur teneur en nutriments.
Les convictions dans cette conversation sont défendues ratio mordicus mais pas au point d’être dogmatiques. A plusieurs reprises il est rappelé que la biologie est un sujet complexe où demeurent de nombreuses zones d’ombres, en évoquant notamment le régime cétogène et le phénomène de cétose.

Enfin, plus que d’offrir une seule vérité au sujet de la nutrition, cette conversation si vous l’écoutez, aura le mérite de démontrer notre rapport intime à l’alimentation à la fois moteur de la performance athlétique mais aussi pansement pour nos maux du quotidien.

Bonne écoute à tous.

 

Partager cet article :

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.